contrat-apprentissage-apprentis-bordeaux-business

Valoriser les apprentis, c’est les accompagner vers la réussite

Dernière mise à jour:

Dans un contexte où le marché de l’emploi est saturé dans certains secteurs, les contrats d’apprentissage se démocratisent. Vecteurs de nombreux avantages, ils sont de plus en plus courants. Dès l’obtention du Baccalauréat ou bien lors des dernières années d’études supérieures, ils représentent une opportunité certaine aussi bien pour les jeunes apprentis que pour les entreprises.

Les contrats d’apprentissage, réel levier d’acquisition de compétences

Chaque année, les étudiants qui optent pour faire leurs études en alternance sont de plus en plus nombreux. En effet, en 2021, ils étaient 718 000 à signer leur contrat d’apprentissage (1). Ce chiffre marque non seulement un record mais aussi une augmentation de 37% par rapport à l’année 2020 (1). Parmi les recruteurs, ce sont les petites entreprises de moins de 50 salariés qui arrivent en tête. Et pour cause, elles accueillent et forment 66% des apprentis français (1). Ainsi, elles permettent à beaucoup de jeunes d’accéder à une formation pratique pendant leurs études. Quant au secteur le plus plébiscité, il s’agit de celui des services, comptant 71% des apprentis (1). 

Si le recours aux contrats d’apprentissage augmente de cette façon, c’est qu’il y a un bon nombre d’avantages à en tirer. Ces derniers sont valables autant pour les entreprises que pour les étudiants. D’une part, 6 apprentis sur 10 obtiennent un emploi à l’issue de leur contrat d’apprentissage (1). Cela peut se faire au sein de l’entreprise d’accueil par exemple, si elle est satisfaite du travail effectué. De plus, la formation pratique en entreprise confère une valeur ajoutée à la formation théorique. En effet, les compétences et connaissances acquises sont décuplées, notamment les soft skills. Ainsi, le CV d’un apprenti peut être davantage valorisé aux yeux des recruteurs extérieurs. D’autre part, l’entreprise a l’opportunité d’accompagner un étudiant et de le former conformément à ses besoins. Effectivement, l’apprenti se familiarise avec les processus, les clients, la manière de fonctionner de l’entreprise et ses objectifs. De cette manière, en l’embauchant, l’entreprise garde une personne déjà formée et habituée aux tâches à effectuer. En outre, malgré la présence à temps partiel, le salaire est inférieur au SMIC et les aides accordées sont nombreuses.

Valoriser les apprentis, une étape importante 

Il est important de mettre en valeur le travail accompli par les apprentis, notamment pour leur donner confiance en eux. ANGE Boulangerie en a totalement compris les enjeux. L’enseigne a lancé la première édition du Concours du Meilleur Apprenti Boulanger ANGE de France en juillet dernier. Le concours a réuni 225 apprentis ANGE dans toute la France, dont 10 ont été finalistes et 4 lauréats (2). Ils se sont affrontés lors de 4 épreuves techniques, sous l’œil d’un jury d’experts présidé par Steven Kaplan. 

Fière de ses apprentis, la marque met en avant leurs compétences et les récompense. C’est le cas pour Léa Villarme, apprentie à la boulangerie ANGE d’Haillan, à 10 km du centre de Bordeaux. Elle est la gagnante de l’épreuve du pain créatif, poussée à la première place par les votes du public sur les réseaux sociaux. Son pain, à base de graines de sésame et d’amandes torréfiées, a séduit une grande partie des 600 votants (2). La boulangerie propose alors le pain de Léa sur sa carte en septembre et en octobre ! Pour la jeune apprentie, c’est une fierté de voir son pain vendu dans l’ensemble des boulangeries ANGE de France. En somme, elle voit son apprentissage et son travail se concrétiser, une opportunité plus qu’enrichissante pour elle. Le Concours du Meilleur Apprenti ANGE est ainsi une réussite mais aussi un révélateur de talents.

Sources :

  1. « Les chiffres de l’apprentissage en 2021 », alternance.fr, 30 mars 2022
  2. ANGE Boulangerie, communiqué de presse du 1er septembre 2022
Abonnez-vous à la Newsletter

X