Transition environnementale planète

Transition environnementale, quel stade pour l’enseignement supérieur ?

Dernière mise à jour:

La transition environnementale est une problématique bien implantée dans les objectifs de tous les acteurs. Les entreprises, les ménages, mais aussi les écoles et établissements supérieurs cherchent des solutions. Prendre soin de la planète, miser sur des énergies plus vertes, développer des concepts innovants pour répondre aux enjeux de demain… Secteur par secteur, les décisions sont différentes. Dans l’enseignement supérieur, quelle est la situation ? A quel stade en est la transition environnementale ? 

Un rapport de la FNEGE sur la transition environnementale dans les écoles supérieures

Prendre les bonnes décisions pour la planète, mais aussi sensibiliser les étudiants au sein des écoles supérieures sont des décisions essentielles. Le rapport du GIEC publié au cours de l’été 2021 met en lumière la situation actuelle de la planète. Réchauffement climatique, pollution, gaspillage des ressources… Il est plus que temps de réagir. Mettre en place des solutions pour assurer l’avenir de la planète et des générations futures devient alors urgent. 

La FNEGE a ainsi mis en valeur la question et les engagements autour de la transition environnementale dans un questionnaire. Ce dernier n’a pas été adressé à tous les acteurs au cœur des villes, mais uniquement aux écoles d’enseignement supérieur. Avec l’Observatoire de la Transition Environnementale (OTE), la FNEGE souhaite mettre en avant les engagements des écoles pour la planète. Mettre en lumière les engagements déjà en place, mais aussi identifier les leviers de progression. 

Les écoles sont de plus en plus sensibles aux questions environnementales et mettent en plus des solutions pour une transition en douceur. Leur objectif est avant tout de sensibiliser les étudiants aux bonnes pratiques, qu’ils reproduisent par la suite. Malgré cette envie de s’engager dans ce processus, les établissements en enseignement supérieur ont une maturité encore limitée. Sur une échelle de 0 à 1, ils se situent à 0,429. L’engagement est bien là, mais il reste encore des échelons à gravir pour atteindre un niveau plus avancé.

Solution écologie environnement
Les écoles se fixent de nombreux objectifs en faveur de l’environnement.

Des envies de faire bouger les lignes

Les établissements d’enseignement supérieur se disent concernés par la transition environnementale. 4 établissements sur 5 se fixent à cet effet des objectifs stratégiques à remplir dans cette voie. Les différentes disciplines enseignées prennent en compte les questions de la transition environnementale pour sensibiliser les étudiants. Les problématiques du réchauffement climatique, du développement durable sont plus souvent abordées en cours. 

Pour répondre à ces enjeux, les écoles mettent en place des Comités des parties prenantes pour diffuser ces engagements en faveur de la transition environnementale. Et elles sont de plus en plus à s’en doter : de 19, elles sont maintenant 27. Les universités et les écoles d’enseignement supérieur deviennent des productrices et diffuseurs de connaissances par ce biais. D’autant plus que le Comité de parties prenantes intervient dans la quasi totalité des prises de décisions. 

Les étudiants eux aussi s’impliquent largement plus dans les problématiques de transition environnementale. Les jeunes entrepreneurs créent ainsi des entreprises avec des engagements écologiques. Ils s’impliquent également plus largement dans des associations étudiantes qui se mobilisent pour ces problématiques. Le développement et la prise de conscience prennent du temps. Mais même s’il reste encore des progrès à faire, cela semble déjà bien engagé.

Sources : 

Observatoire de la Transition Environnementale des Ecoles de Management FNEGE Edition 2021

Abonnez-vous à la Newsletter

X