Junior Charles entrepreneur portrait

Junior CHARLES, commerce, vin et diplomatie. Portrait

Dernière mise à jour:

Junior CHARLES possède un parcours atypique. Né à Haïti, placé dans un orphelinat avant d’être adopté en France, son parcours professionnel lui découvre peu à peu force de caractère et envie d’entreprendre. La volonté de mener à bien tout projet, le goût du travail, l’envie d’avancer sont des éléments-clés de ses choix affirmés sur le territoire bordelais, et au-delà, que ce soit dans le secteur, attendu, du vin, comme dans les affaires étrangères.

Des aspirations professionnelles construites et affirmées pour Junior CHARLES

Intégré à la franchise familiale pendant sa jeunesse, Junior CHARLES s’installe à Bordeaux dans le cadre de ses études en Commerce international. En parallèle, il mûrit son goût de l’entrepreneuriat sur des missions commerciales, au sein de l’entreprise Mondauto, mandataire automobile bordelais. Fortement impliqué au sein de Kedge Business School, il participe également à de nombreux projets de RSE.

En 2017, il rejoint l’entreprise RI2T, spécialisée en systèmes d’information et de télécommunication pour les professionnels. Intégrant l’équipe commerciale, Junior est en charge du développement du portefeuille client. Il prend en outre part au volet Marketing & Communication. A cette période, Junior prend véritablement conscience de la difficulté de la vente en B to B. Cette difficulté est d’autant plus présente dans le secteur des services. Une expérience riche en enseignements, qui lui permet d’apprendre à cerner ses interlocuteurs, à construire un discours synthétique, clair et percutant pour la prospection… C’est son expérience au sein cette entreprise qui le motive à poursuivre ses études en management d’entreprise et développement commercial. Et surtout, à se lancer dans le grand bain de l’entrepreneuriat.

AOW Group, valoriser le vin bio en France et dans le monde

Attiré depuis toujours par le milieu viticole, Junior CHARLES mûrit un projet entrepreneurial novateur : AOW Group pour Alliance Organic Wineyards. Le Groupement naît en 2018, inspiré par sa rencontre avec François LANDAIS, Château La Caderie. En effet, ce dernier, producteur de vin biologique, défend coûte que coûte son choix de travailler la terre et la vigne en adéquation avec la nature. Junior trouve dans cette approche une pleine résonance avec ses convictions personnelles, et son éducation. Ses parents, soucieux de leur environnement et de leur santé, se sont ainsi naturellement tournés vers cette manière de consommer. De plus, d’aussi loin qu’il s’en souvienne, son grand-père a toujours eu une approche fusionnelle avec la nature et la lui a transmise. Pour Junior CHARLES, le vin biologique est le vin d’hier et de demain. Le seul qu’il ait envie de défendre.

Ce que nous labellisons Bio aujourd’hui est tout simplement la manière de produire et de consommer d’hier.

Junior a alors l’idée de mutualiser les vignerons afin de créer un groupement spécialisé dans la production Bio, pour se développer et réduire ainsi les coûts liés à la production, au matériel, à la logistique. Il étudie les différents profils avec une problématique précise : le vin bio est très présent à l’export mais reste très peu développé au sein du marché français malgré une demande croissante. Il entreprend alors de développer l’implantation des vignerons sur le territoire national.

“Le développement est un métier à plein temps. Être vigneron est déjà un métier prenant, un métier de passion. Des tâches comme la prospection ou le développement commercial sont complexes à réaliser tant parce qu’il faut s’y consacrer pleinement que parce qu’il faut savoir pour où commencer. Les vignerons ne peuvent pas être partout.”

AOW Group, un projet au service du mieux-vivre pour Junior CHARLES

Si les vignerons, devenus ses collaborateurs, sont en charge de la production, Junior CHARLES est en charge de la logistique, gérer les stocks, représenter le GIE – Groupement d’Intérêt Economique auprès des clients et tierces personnes, d’assurer l’ensemble du développement commercial, de la stratégie à l’exécution. Il représente des domaines viticoles bio misant sur l’artisanat, contrairement aux grands groupes de cette industrie. Certains sont déjà engagés depuis plus de 30 ans dans la production Bio. Une stratégie à leur mesure est alors nécessaire pour leur permettre de profiter de l’essor du bio dans les habitudes de consommation.

Le projet se concrétise donc en 2018. Il se compose de 5 propriétés de 5 appellations différentes (Bordeaux, Côte de Bourg, Loupiac, Cognac, Bergerac). Une organisation qui permet aux Vignobles de mutualiser les coûts logistiques, commerciaux, événementiels. En parallèle cela permet de garder une certaine indépendance les uns des autres.

Junior Charles entrepreneur portrait
Junior CHARLES – Photographie Manon LEPREVOST

Vin bio, le choix de la spécialisation et du Premium

Pour débuter, un accord est conclu avec les vignobles pour lancer l’activité sur deux ans. Pour Junior, l’important est de prendre connaissance du marché. L’objectif est d’optimiser sa stratégie de développement, tout en créant une synergie entre les viticulteurs et leurs offres complémentaires.

Au regard des volumes de production modestes et de l’aspect confidentiel du marché du vin bio en France, c’est au sein d’enseignes spécialisées en Bio que le groupement projette d’implanter ses produits. Avec près de 1 371 distributeurs Bio intégrés dans des enseignes à forte notoriété telles que Biocoop, La Vie Clair, Biomonde, So Bio, Au Comptoirs de la Bio, l’Eau vive et Bio c’ Bon, le Groupement a toutes ses chances de s’implanter efficacement dans ce marché de niche.

En complément, Junior cible les cavistes et les grossistes au sein desquels les produits issus de la viticulture biologique reste encore des produits d’initiés. En outre, le premium Bio est aussi le fer de lance du jeune entrepreneur. Profitant de ses voyages vers Paris, il souhaite ainsi faire découvrir la qualité du vin bio français.

Junior CHARLES a par ailleurs déjà établi un contact auprès de quelques établissements de renom. Des établissements dont il tait le nom par discrétion, tels que des hôtels et restaurants de prestige.

La Nouvelle-Aquitaine, cœur de cible pour lancer l’implantation

Selon Junior CHARLES, la Nouvelle-Aquitaine est au cœur de la stratégie de développement d’AOW Group. En effet, le marché y est d’ores et déjà mature. Le vignerons bio répondent également présents. Par sa taille et son fourmillement économique notamment à Bordeaux, la plus grande région de France présente un potentiel à forte valeur ajoutée. Ainsi, le groupement est déjà en cours de collaboration avec des institutions emblématiques de l’économie viticole de Bordeaux comme la Cité du Vin et la Vinothèque de Bordeaux. Cependant, Junior n’oublie pas de souligner que « s’il y a bien un endroit où il est difficile de vendre du Bordeaux, c’est à Bordeaux ».

En outre, l’entrepreneur franco-haïtien confit que l’appellation « Bordeaux » est de plus en plus boudée par les acheteurs. Elle l’est principalement à l’international, au profit d’autres appellations françaises mais aussi étrangères aux cépages similaires comme les vins californiens.

La concurrence est rude et les négociations sont musclées.

La diversité de l’offre du groupement, allant du vin rouge au vin blanc et rosé, en passant par le Cognac, le pineau et les jus de fruits, souligne l’importance pour les vignerons que chaque client puisse trouver son bonheur au sein de la gamme. Les bouteilles se situent donc dans une fourchette de prix allant de 10 euros à 150 euros pour les plus prestigieuses. Cela rend le vin bio globalement accessible.

Des perspectives à l’export freinées par la COVID-19

Dans l’optique de se développer, le groupement, déjà présent en Chine, au Japon, et en Corée du Sud, a la volonté de s’implanter sur différents territoires. Ainsi, Junior CHARLES alimente quelques contacts. Il est notamment en contact avec des importateurs aux Etats-Unis, Canada et Mexique. Des pays pour qui le marché Bio reste encore une niche naissante.

Pour se faire, il peut compter sur les conseils de quelques connaissances et amis. Il s’appuie notamment sur Christian Bouteiller. Il possède l’entreprise Alliance Wine. Elle figure aujourd’hui parmi les leaders de l’importation et du négoce au Royaume Unis.

Sur le marché export, mon horizon 2021-22 est l’Afrique.

En effet, avec ses 1,2 milliards d’habitants et ses 54 pays dont une trentaine francophones, les investisseurs et entrepreneurs français s’accordent à dire que le continent, Berceau de l’Humanité, est l’avenir. Cette prévision vaut également pour l’industrie du vin, à laquelle la population aisée d’Afrique porte un intérêt tout particulier.

La crise sanitaire du coronavirus lui coupera finalement l’herbe sous le pied. En tant que GIE, l’entreprise n’a pas pu bénéficier des aides de l’Etat pour traverser cette turbulence.

« Nous avons dû affronter les manifestations et les grèves pendant nos deux ans d’existence. Cette pandémie a failli porter le coup de grâce. »

Au vu des nombreuses difficultés rencontrées, Junior a dû se raisonner. C’est aussi cela l’esprit d’entreprise. Il faut savoir analyser la situation, se remettre en question, prendre des décisions, avec raison, et non seulement avec le cœur.

Sans revenu pendant deux ans, j’ai liquidé presque toutes mes économies pour porter ce projet.

Junior prend la décision de réorienter son parcours. Il laisse les portes grandes ouvertes aux vignerons du GIE pour poursuivre leur développement.

Junior Charles entrepreneur portrait
Junior CHARLES – Photographie Manon LEPREVOST

Retour aux sources pour Junior CHARLES, « Haïti mon amour »

Au fur et à mesure des années, Junior CHARLES a pu prendre la pleine mesure de l’environnement économique français et des possibilités de développement. Fort de cette prise de conscience, il souhaite désormais mettre ses capacités au profit des affaires étrangères. En dix ans d’expériences professionnelles, le bordelais de cœur a en effet endossé de nombreuses responsabilités. Elles ont aiguisé son appétence pour le monde du travail. Au sein de l’ambassade d’Haïti, il souhaite mettre ses compétences et son dynamisme au service de la diplomatie économique de son pays de naissance. Soutenu par l’ancienne Ambassadrice d’Haïti en France, Vanessa LAMOTHE, Junior intègre le service politique de l’ambassade, à Paris. Dans le même temps il poursuit sa formation en Administration Publique & Stratégie Géo-économique.

La diplomatie économique, l’opportunité de recréer le lien

« Étant haïtien dans l’âme et français de cœur, je suis plus que sensible aux relations franco-haïtiennes. »

En rejoignant les missions diplomatiques d’Haïti à Paris, Junior souhaite déceler des opportunités économiques pour les Français en Haïti. Il souhaite aussi créer des opportunités d’affaires pour les Haïtiens en France. L’objectif est de rapprocher des différentes CCI et clubs d’affaires dans les deux pays afin de créer une passerelle économique.

Une manière de poursuivre les efforts entrepris par Vanessa LAMOTHE. Cette dernière souhaitait renouer, depuis près de dix ans, les liens entre les deux pays. Sur le plan économique, certes, mais également sur le plan historique, et culturel. Donner du sens à la diplomatie.

Bordeaux, au centre des relations Afrique-France

Junior CHARLES ne quitte cependant pas tout à fait Bordeaux. Selon lui, la ville peut tout à fait devenir un partenaire culturel et économique incontournable pour Haïti. Par ailleurs, sous l’impulsion du gouvernement en place, Bordeaux serait semble-t-il le cœur de l’action de la France dans les pays africains, comme en témoigne l’accueil du sommet Afrique-France en juin 2021. Alors que la ville historiquement, était un ancien port négrier, il fait sens pour Bordeaux de nouer des liens forts avec Haïti, à la fois l’Afrique et la francophonie sur le continent américain.

Donner du sens à la diplomatie, encourager les entrepreneurs d’Haïti comme de France de manière pragmatique et engagée, voilà désormais le fer de lance de Junior, au service de la raison, et du cœur.

Abonnez-vous à la Newsletter

X