Francis Wilsius, région nouvelle aquitaine

Francis WILSIUS, emploi et économie en Nouvelle-Aquitaine. Portrait.

Dernière mise à jour:

Pour Francis WILSIUS, Conseiller régional à la restructuration économique et à la sécurisation des parcours professionnels associés au cœur de la Nouvelle-Aquitaine, sa mission principale au regard de la restructuration économiques des entreprises est d’intervenir en amont afin d’améliorer les situations délicates.

En tant que conseiller régional, Francis WILSIUS agit auprès d’autres conseillers au sein du Conseil Régional. Le Conseil Régional vise à mettre en lumière les affaires et les problématiques au cœur de la région. Enfin après débat il vise pointer des solutions cohérentes pour l’ensemble des acteurs de la Région. Le Conseil Régional se réunit au minimum une fois par trimestre. Cette réunion est à l’initiative du président ou d’au moins un tiers des membres. Ces réunions sont ouvertes à tous. En tant que conseiller régional à la restructuration économique et à la sécurisation des parcours professionnels, il convient de dire que le contexte actuel n’a pas été de tout repos. Il a notamment été question d’accompagner les entreprises dans un contexte économique difficile lié à la crise sanitaire.

Francis Wilsius, région nouvelle aquitaine

L’engagement pragmatique de Francis WILSIUS au service de l’industrie

Francis WILSIUS est issu d’un parcours atypique. Ouvrier agricole, il y a une quarantaine d’années, en Charente-Maritime, il rejoint Bordeaux en 1977, en tant qu’ouvrier chez Ford, cariste-manutentionnaire plus précisément. Dès 1980, passionné par son environnement de travail, il rejoint le Comité d’entreprise. Pendant plus de trente ans, il oeuvre au coeur des activités sociales. Il occupe notamment le poste de trésorier et se secrétaire du Comité d’entreprise. Il occupe ce poste pendant une période délicate pour la sauvegarde de l’usine FORD.

En effet, il y a dix ans, Ford se désengageait de l’usine de Blanquefort au bénéfice de son repreneur allemand, lequel, malgré les financements apportés, n’a pas réussi à redresser la barre alors que les salariés se battaient pour convaincre Ford de reprendre la direction de l’entreprise.

A cette époque, Francis WILSIUS faisait partie de ceux qui ont sollicité les élus. A l’époque il a fait appel à Alain ROUSSET, Christine LAGARDE ou encore Alain JUPPE. L’objectif était qu’ils interviennent dans le conflit et fassent bouger les choses au sein de Ford. Non pas par défi politique, mais bien pour, au-delà des passions et des débats, permettre de trouver des solutions. Il fallait prendre en considération les conséquences des actions mises en oeuvre. Pour Francis WILSIUS, avant tout, il est indispensable “d’être pragmatique dans ses convictions”.

Des efforts collectifs qui ont permis l’engagement des élus concernés. Christine LAGARDE notamment n’hésitant pas à appuyer tous les enjeux économiques. Elle a indiqué à Ford que s’ils souhaitaient partir, ils devraient prendre en charge la dépollution du site. L’engagement politique doit ainsi permettre de servir avec pertinence l’économie régionale.

Francis Wilsius Bordeaux Business

Francis WILSIUS et une approche politique de proximité

Au début des années 2010, le Président de Région Alain ROUSSET, lequel a rencontré Francis WILSIUS dans le contexte de Ford, souhaite ouvrir ses listes aux membres de la société civile. Il y a dix ans, si l’on avait parlé à Francis WILSUS de politique, il aurait “parier le champagne” que jamais il ne s’y aventurerait, même au seul niveau syndical. Cependant, le contexte se prête à de nouveaux engagements au plus près des acteurs économiques de la Région. Francis WILSUS fait ainsi partie des élus du mandat 2010-2015.

Après l’élection, Francis WILSIUS se voit confier la mission de restructuration économique des entreprises et  sécurisation des parcours professionnels. Actuellement en charge d’un deuxième mandat, le périmètre de sa mission a peu évolué, hormis l’adjonction de missions liées à l’insertion économique et de la formation, notamment en matière de VAE.

Une spécificité qui lui tient à coeur. En deux ans, une vingtaine de personnes ont pu voir leurs compétences valorisées par un diplôme; une validation de leur métier au quotidien, ainsi qu’un moyen de promotion sociale et de reconnaissance. Une manière également de pouvoir reprendre goût à la formation et l’apprentissage.

Aider les PME à relever la tête de leur guidon

Pour Francis WILSIUS afin d’être efficace en matière de restructuration économique des entreprises, la clé est de pouvoir anticiper les difficultés à venir, a minima deux ans avant, par exemple dans le cas d’obsolescence produit, de formation à mettre en oeuvre, de machines à remplacer… Ne serait-ce que pour pouvoir avoir le temps de dégager du budget et de solliciter, le cas échéant, des subventions.

Pourtant, l’essentiel des restructurations économiques sont subies par les entreprises. En matière d’innovation par exemple, ce manque d’anticipation est dramatique, car

Qui n’innove pas aujourd’hui sera mort demain 

Le diagnostic préalable est une priorité. D’autant plus via un travail de médiation qui est souvent nécessaire, afin de faire prendre conscience aux entreprises de leurs difficultés. Les sources d’alerte peuvent ainsi venir directement de la sollicitation de l’entreprise. Sinon elles peuvent venir du Conseil régional dans le cadre des adhérents au programme Usine du Futur, afin de faire le point de manière globale sur les conditions de travail, la formation… ainsi que pour établir les préconisations et les solutions afin d’anticiper le développement.

En matière de restructurations subies, trois commissions se réunissent mensuellement (Conseil régional, BPIFrance, L’URSSAF, la Direccte, l’Etat…). Elles s’organisent au regard notamment des emplois en jeu au coeur de la Nouvelle-Aquitaine. Il existe ainsi des commissaires au redressement productif sur les territoires sous la tutelle du préfet afin de prendre en considération les alertes des maires, de l’URSSAF, des organisations syndicales… Sous réserve que l’entreprise accepte de les accueillir et ait la volonté de mettre en place des solutions.

Des résultats positif mesurables

A ce jour, environ une vingtaine de dossiers sont suivis chaque mois. Cela a été le cas de Gascogne Bois, avec de bons résultats. Même pendant la période d’observation d’un redressement judiciaire, il n’est pas trop tard pour solliciter de l’aide. La Région a, le cas échéant, la possibilité d’intervenir. Elle le fait par le biais de subvention ou bien d’avance remboursable, soumise à cautionnement, ne serait-ce que pour refinancer la trésorerie. De quoi donner le temps d’une analyse de fond des causes structurelles, et refinancer de manière pérenne une exploitation en redémarrage, viable.

L’objectif de Francis WILSIUS est alors de prendre en considération les visions de l’ensemble des acteurs de l’entreprise. Cela doit lui permettre de mieux comprendre l’environnement et les enjeux, sans amplifier la situation.

Une vision positive de l’économie bordelaise d’aujourd’hui

Le regroupement des trois anciennes régions a permis un consensus sur le règlement d’intervention. Même si chacune possède des pratiques diversifiées, au regard de la réalité économique du terrain, l’important était de valoriser les méthodes qui fonctionnent.

Le rôle de la Région Nouvelle-Aquitaine n’est aucunement de prendre en gestion l’industrie. Par contre, elle s’engage dans une approche de proximité bienveillante. Elle est à l’écoute du territoire et de ses enjeux d’emploi. Elle contribue à pérenniser une développement économique et une transition parfois délicate à mettre en oeuvre. Ainsi, dans le cas de la Fabrique du Bocage (anciennement Heuliez), le financement de la Région à contribuer à maintenir les 150 emplois en place.

Aujourd’hui, l’économie bordelaise et plus généralement de la Nouvelle-Aquitaine, bénéficie d’une légère embellie. Elle est marquée avec une reprise du secteur du bâtiment, notamment, encouragé par des investissements publics. Cependant, l’investissement privé semble toujours être au point mort, en raison parfois du manque de terrains disponibles pour de nouvelles installations à vocation industrielle. Pour autant, il est essentiel pour Francis WILSIUS, au quotidien, de rendre compte, sans amplifier ni dénaturer la réalité, des effets positifs de la reprise, ne serait-ce que pour redonner, à juste titre, confiance et moral aux Bordelais dans la situation de l’économie et de l’emploi sur leur territoire.

Sources:

Francis Wilsius, Territoires Nouvelle-Aquitaine

Abonnez-vous à la Newsletter

X