Antoine BEZBORODKO, HoloForge. Portrait

Dernière mise à jour:

Diplômé de l’école d’art appliqué LISAA Paris, spécialité jeux vidéo, graphisme en temps réel, narration et développement, Antoine BEZBORODKO intègre rapidement l’agence de communication et design Troisième Oeil. En son sein, il crée pour le compte de Peugeot en 2004, son premier serious game.

En effet, les jeux vidéo ludiques, à visée éducative ou informative, n’en sont qu’à leurs débuts. Pourtant, Antoine y décèle tout le potentiel d’innovation, notamment dans son application aux entreprises.

Asobo Antoine BEZBORODKO bordeaux business

De l’ambition à la réalisation

Dès 2006, Antoine monte AD-Invaders, un studio spécialisé dans le serious game pour les entreprises. Le studio répond à des enjeux marketing croissants. Mais aussi à des objectifs de sensibilisation à des sujets complexes, ou encore à l’apprentissage.

Mu par l’ambition d’un divertissement « sérieux », il crée fin 2007 une deuxième entreprise en parallèle, Serious Factory. Elle est dédiée aux applications métiers, showrooms virtuels (dématérialisation des événements), simulateur d’entretien.

En 2009, Antoine BEZBORODKO décide de quitter la société et poursuit le développement d’AD-Invaders. Il travaille pour des grands comptes en automobile (Toyota, Peugeot, Renault), des agences de communication et de publicité parisiennes (TBWA, Publicis…), le secteur de l’énergie (EDF, GRTgaz, Total), des marques de boissons (Orangina, Lipton…).

AD-Invaders est revendue au groupe de communication Révolution 9 en 2015, dans le cadre d’un stratégie de conquête ambitieuse.

Du simulateur de conduite au développement des réflexes

Par suite, Antoine rejoint pendant The Good Drive pour y développer un logiciel de simulation d’entraînement à la conduite. Presqu’un simulateur, le jeu vidéo se sert néanmoins des techniques du jeu au service de l’apprentissage. Il s’intéresse notamment au développement des réflexes à transposer dans la vie réelle.

Holoforge Asobo Bordeaux business

Fin 2016, après dix ans d’expérience dans le serious game et la relation commerciale B to B, Antoine entreprend de relever le challenge HoloForge en rejoignant le studio Asobo. Il devient coordinateur et business developer, pour mettre au service des professionnels les jeux vidéo.

Une opportunité qui lui permet également de retrouver le cadre de vie bordelais, qu’il affectionne tout particulièrement.

La division HoloForge, du studio de jeux vidéo Asobo basé à Bordeaux, travaille avec le casque HoloLens. Il s’agit d’une technologie Microsoft sur laquelle HoloForge développe des expériences en réalité mixtes. HoloForge vient de réaliser deux jeux pour leur nouveau casque de réalité virtuelle

Le casque HoloLens permet de scanner dans un premier temps tout ce qui vous entoure, ce qui permet au joueur d’évoluer dans un environnement familier.

Afficher des hologrammes c’est bien, mais s’ils n’évoluent pas dans votre propre univers, on n’émerveille pas l’utilisateur

David DEDEINE, co-fondateur d’ASOBO

Du jeu vidéo ludique à la réalité augmentée

Asobo a été créé en 2002 à Bordeaux, et a déjà développé dix-sept jeux vidéo, pour Disney, Pixar, Ubisoft… L’entreprise emploie désormais une centaine de personnes. Essentiellement des développeurs informatiques, des artistes et des game designers.

Mais cette entreprise bordelaise a tendance à s’orienter B to B depuis quelques années. Elle développe actuellement des solutions de réalité augmentée applicables à des métiers divers. Pour imager un peu leur concept, nous avons eu la chance de tester ces lunettes révolutionnaires, dans la peau de clients à la recherche d’un bien immobilier. Nous avons pu visualiser les résidences en 3 dimensions, et faire une visite guidée dans les différentes pièces de l’appartement “proposé”. Tout cela en ayant la maîtrise totale sur notre environnement. Il s’agit ici de véritables “assistants numériques” ayant pour but d’assister l’homme dans l’accomplissement de ses tâches et donc d’accroître sa productivité.

L’alliance gagnante des compétences…

HoloForge est la division holographique, professionnelle, du studio de jeux vidéo Asobo.

Basée à Bordeaux depuis sa création en 2002, la société dispose d’une véritable expertise technique et d’une légitimité affirmée sur la technologie. Antoine BEZBORODKO rêvait d’un studio de développement aux moyens ambitieux, afin de pouvoir développer des solutions techniques de pointe.  Asobo recherchait des compétences pour développer le B to B tant au niveau relationnel qu’au niveau des connaissances des usages clients.

L’entreprise investit alors dans le développement d’un casque de réalité mixte (intégration des éléments virtuels dans le monde réels en les faisant interagir). Elle travaille en toute confidentialité dessus pendant plus de quatre ans avant les premières démonstrations. A la sortie du casque HoloLens, HoloForge s’impose comme le leader du secteur grâce notamment aux investissements de Microsoft.

Un casque virtuel sans équivalent

Depuis la sortie du casque en 2015, le secteur de la réalité mixte, virtuelle et augmenté s’est largement développé. Aujourd’hui encore, le casque n’a pas de réel concurrent car aucune innovation ne propose des prestations équivalentes. Casque 100% autonome, sans fil, affichage parfaitement stable, bonne perception de l’espace, sous un environnement de développement standard…

Portrait Antoine Bezborodko Asobo Bordeaux Business

… au service de secteurs de pointe

Suite à la sortie de HoloLens, les appels des grands comptes se multiplient, rendant nécessaire l’ouverture d’une division dédiée. Recruté pour développer cette nouvelle branche, Antoine et son équipe travaillent au-delà de la technique, à comprendre l’usage et l’ergonomie.

Avec la perte de la notion d’écran, de nouvelles problématiques se posent, comme comment apporter l’information à l’utilisateur, trouver de nouvelles manières, intuitives ou a minima rapidement appréhendables, pour l’homme d’interagir avec la machine…

Présenté au CIS à Las Vegas, HoloLens est disponible à la vente au grand public. Au vu de son prix (5000€ en version commerciale), il reste actuellement plutôt dédié au monde professionnel, et plus particulièrement aux industriels pour la formation, la maintenance, ou l’assistance.

Offrant un gain de temps conséquent, une sécurité accrue et la réduction significative du nombre d’erreurs, la solution a d’ores et déjà séduit des entreprises de référence… Telles que le laboratoire pharmaceutique UPSA, Naval groupe, Framatom, Thalès, Nomadeec d’Exelus pour la télémédecine, Airbus…

Pérennité, soutien, impulsion et innovation

Cette diversité des projets permet à HoloForge une croissance pérenne et des embauches sur le long terme.

La composition de l’équipe du studio HoloForge est très similaire à celle d’une équipe de studio de jeux vidéo. Développeurs, infographistes 2D et 3D, designers, technical artists, chef de projet forment le noyau dur d’une équipe d’une quinzaine de membres. L’organisation et les métiers sont les mêmes, mais c’est le sujet qui change.

Les compétences et les outils se font en collaboration avec Asobo mais à chaque cellule ses projets. Cette structure permet à HoloForge de bénéficier des technologies d’Asobo que le studio aurait difficilement pu s’offrir autrement, telles que la motion capture. Cela permet à la division de proposer des prestations qualitatives à des tarifs compétitifs.

Un esprit start-up à la pointe des nouvelles technologies

A l’inverse, Asobo faisant du jeu vidéo traditionnel et HoloForge agissant comme une startup, à la pointe des technologies, Asobo s’inspire de ses outils et nouvelles technologies.

A l’instar d’une entreprise indépendante, les productions développées doivent suivre une stratégies globale. Antoine BEZBORODKO est garant du bon management des équipes et du pilotage de la stratégie. HoloForge a réussi à atteindre l’équilibre l’an dernier. La division est aujourd’hui relativement indépendante.

Il est très important dans les valeurs d’HoloForge, et plus largement d’Asobo, de capitaliser sur l’expérience projet après projet.

En respect avec sa philosophie originale, HoloForge souhaite ne mettre sur le marché que des solutions abouties.

Depuis peu, le studio s’intéresse au domaine de la culture et a commencé à travailler avec le CNRS sur des prototypes pour l’archéologie. Ce secteur n’a pas beaucoup d’argent à investir dans l’innovation mais HoloForge y voit tout de même un intérêt.

“C’est un pari, une anticipation. Nous sommes dans des domaines où il est impératif d’expérimenter et de suivre des intuitions. L’intérêt, c’est de travailler l’usage. Ensuite, cela fait baisser les coûts, rendant les outils accessibles à plus de monde. HoloForge sera déjà prêt quand l’utilisateur le sera.”

Antoine BEZBORODKO Asobo - Bordeaux Business

Vers la compréhension des enjeux du serious game

Antoine l’avait perçu dans les débuts du serious game, les studios tels que HoloForge subissent l’image qui leur colle à la peau, celle du studio de jeux vidéo.

“Nous travaillons dans la défense et l’industrie  […] Le domaine étant relativement récent, il faut faire preuve de pédagogie lors de l’approche commerciale.”

Néanmoins, HoloForge n’a pas besoin de se montrer proactif : quasiment tout marche en entrant, avec des besoins déjà relativement qualifiés et des interlocuteurs alertes.

Autre difficulté à prendre en compte au sein de la relation commerciale, le résultat final n’est pas déterminé, et va évoluer au cours de la réalisation.

« Il nous est déjà arrivé de changer d’approche pendant le développement, ce qui aurait été impossible avec un cahier des charges trop strict. Ce qu’on vend et ce sur quoi on s’engage, ce n’est pas le chemin, c’est l’objectif.”

En outre, cette démarche est délicate car que les développements demandés sont onéreux. Lorsque HoloForge vend la création du scénario, les projets oscillent entre 20 000 à 200 000€.

Bordeaux, un écosystème à double tranchant

Bordeaux bénéficie d’un bel écosystème de développeurs et attire de nouveaux talents grâce au cadre et à la qualité de vie. Cependant, les donneurs d’ordre se tournent assez peu vers la ville. Beaucoup de projets sont lancés dont HoloForge n’a même pas connaissance du fait qu’ils ne soient pas basés sur Paris.

Quand bien même, les opportunités à venir sont passionnantes… AInsi, Asobo étant expert du jeu vidéo, Antoine attend de pied ferme que la technologie de réalité augmentée arrive chez les particuliers afin de s’ouvrir à de nouveaux défis, notamment en matière de jeu vidéo augmenté.

Contact :

ASOBO Studio

Abonnez-vous à la Newsletter