mondin-cuir-vigne-startup-bordeaux-business

Mondin, une start-up écoresponsable au service de la mode et de la vigne

Dernière mise à jour:

Mondin, à l’avant-garde des matières éco-responsables. Il s’agit d’une société spécialisée dans la conception ainsi que la commercialisation d’une matière à partir de coproduits issus de la vigne. Le produit final imite les caractéristiques techniques du cuir animal. Par ailleurs, les cas d’application du produit fini sont les mêmes. Rodolphe Mondin et Julien Houssiaux proposent ainsi un concept innovant au cœur du secteur viticole. Dans le même temps, la start-up répond à des enjeux sociétaux en offrant aux maisons de luxe et vignobles français une alternative élégante et pérenne.

Les ambitions des deux jeunes entrepreneurs ont su attirer l’attention de Bernard Magrez. Ce dernier leur offre notamment l’opportunité de se développer au sein de son incubateur Start-Up Win, entièrement dédié au vin. A la clé, une participation à hauteur de 15 % à la levée de fonds initiée par Mondin.

mondin-start-up-raison-dechets-economie-circulaire-bordeaux-business
Photographies : Mondin

Une idée verte, pas si extravagante…

La viticulture est soumise à de fortes problématiques environnementales. En 2016, selon une enquête de Youmatter (1), la viticulture conventionnelle fait partie des activités agricoles les plus polluantes. Effectivement, les vignes sont fragiles et restent soumises à l’usage de pesticides… Or, à forte dose, ces produits sont néfastes pour l’environnement. La chaîne de production engendre ainsi des soucis environnementaux, que ce soit pour la mise en bouteille du vin, ou son transport. Produire et consommer du vin a donc un impact indéniable du point de vue écologique. Depuis quelques années, certains viticulteurs et entrepreneurs se tournent alors vers une viticulture « plus verte ». Labels bio, sensibilisation au traitement des déchets… Cependant, la route est encore longue pour la filière. Dans ce contexte, innovation et économie circulaire se rejoignent.

Ainsi, fin 2019, Véolia, Innovin, l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin et l’INRA, organisaient un séminaire à ce sujet. Certaines pistes intéressantes se dégagent, notamment le recyclage ou la valorisation des déchets. Les déchets produits par le raisin sont en effet sous les projecteurs. Dans le même temps, Rodolphe Mondin et Julien Houssiaux réfléchissent également à la question. Ainsi, lors d’un stage dans un vignoble, ils prennent conscience des quantités de déchets liés à la filière du raisin. Ce marc ne semble avoir aucune utilité… Au vu des quantités astronomiques, les deux jeunes entrepreneurs voient une opportunité de créer de la valeur à moindre coût, et avec une démarche engagée. Ils souhaitent valoriser cette matière première se trouvant en abondance, d’un point de vue environnemental et économique.

Photographies : Mondin

Un projet dans l’air du temps avec Mondin

Partant donc de ce constat, Rodolphe Mondin et Julien Houssiaux développent leur projet. Leur philosophie ? Rendre l’écologie désirable. Les deux entrepreneurs souhaitent ainsi produire une matière qualitative, durable et attractive. Le choix du marc se fait donc dans des vignobles français. L’objectif est d’avoir un marc de qualité. Par la suite, le procédé de fabrication, entre tradition et innovation, allie les matières pour répondre au besoin de chaque client. Rodolphe et Julien fabriquent alors, à partir du marc de raisin du Château Pape-Clément, des porte-bouteilles, des étuis pour couteau sommelier, des ceintures…

Bernard Magrez tient une place importante au dans le lancement de ce projet. Rodolphe Mondin le rencontre à ses 21 ans. Celui-ci lui donne des conseils avisés, et joue le rôle de mentor. Il faut dire que l’accompagnement fait partie de l’ADN de Bernard Magrez qui dirige l’incubateur Win.

Au fur et à mesure, Bernard Magrez perçoit les atouts du projet, qu’il estime correspondre aux enjeux et valeurs actuels. Les solutions de Mondin répondent ainsi à des problématiques qui sont chères à Bernard Magrez. En parallèle, il trouve écho dans la passion des deux jeunes entrepreneurs.

Lorsqu’ils parlent de leur projet, ils ont les yeux qui brillent. Je sens leur envie. Je me vois il y a 60 ans lorsque je suis parti de rien et que je devais convaincre les banquiers de me faire confiance ; je n’avais que ma veste mais j’étais prêt à tous les sacrifices pour réussir. Ils vont y arriver !

Bernard Magrez

Se développer avec l’incubateur Win de Bernard Magrez

Entre la start-up Mondin et Bernard Magrez s’installe une véritable relation de confiance. Par ailleurs, la start-up parvient à rejoindre l’incubateur Win. Il s’agit d’un lieu idéal pour se développer, apprendre et innover. En effet, au sein de l’incubateur, naissent de nombreuses innovations; il y a ainsi une émulation collective. Et c’est bien cette dynamique que Rodolphe Mondin et Julien Houssiaux recherchent.  Par exemple, il n’est pas rare de croiser des grands noms de l’entrepreneuriat. AInsi, Xavier Court, cofondateur du site de vente en ligne VeePee, est présent au sein de l’incubateur Win.

En 2021, la start-up fait son entrée au niveau préparatoire de l’incubateur. En 2022, elle intègre le niveau “Primeurs”. Ce niveau permet à Mondin de profiter d’un suivi quotidien par un manager de la technopole UNITEC. Ce niveau permet aussi de bénéficier d’un soutien à la communication ainsi que pour les levées de fonds. A ce stade, Bernard Magrez peut aussi s’impliquer en personne dans les projets. C’est notamment ce qu’il s’est passé dans le cas de Mondin. 

Cet été, lors de son premier tour de table pour lever des fonds, Bernard Magrez a investi à la hauteur de 15% dans le projet des deux entrepreneurs. Il s’agit alors d’un soutien financier mais aussi moral très important pour la poursuite de Mondin.

Ainsi, si pour l’instant la start-up n’en est qu’à ses débuts, le marché leur ouvre ses portes. A l’avenir, l’activité de Mondin pourrait même s’étendre à d’autres horizons… On pense notamment au secteur du luxe qui doit désormais répondre à de nouveaux enjeux concernant l’usage de matières animales. Par exemple en 2021, le Groupe Kering annonçait bannir la fourrure des maisons Saint-Laurent et Brioni dès l’automne 2022. Ainsi, dans la lignée, l’usage du cuir pourrait également être remis en question à l’avenir. De nouvelles opportunités à suivre pour Mondin, qui réalise déjà des ceintures…

Sources : 

“Bernard Magrez intensifie son soutien aux start-up du vin en misant sur la start-up éco responsable Mondin !” Maison Bernard Magrez, communiqué de presse du 11 août 2022

Innovations et Economie circulaire dans la filière Vitivinicole” Recita, article du 03 janvier 2020
(1) “Quel est l’impact environnemental du vin et de la viticulture ?” Youmatter, article du 12 septembre 2016

Abonnez-vous à la Newsletter

X