PGE-financement-entreprises-bordeaux-business

Le remboursement des PGE n’attend pas les bancs de l’école

Le plan de sauvetage du gouvernement français, le PGE (prêt garanti par l’État), a été utilisé pour venir au secours de nombreuses entreprises françaises en difficulté. Il est temps désormais de restituer les fonds avec les premières échéances… Quels sont les secteurs en difficulté ? Quelles conséquences pour les entreprises qui ont du mal à rembourser ? Peut-on s’attendre à une vague de faillites ?

Le PGE : un coup dur pour la trésorerie des entreprises qui peinent à reprendre leur souffle.

Selon Maître Marine Simonnot, avocate associée du cabinet UGGC Avocats « Beaucoup d’entreprises ayant utilisé le PGE n’ont plus aujourd’hui la trésorerie pour honorer les premiers remboursements dans un contexte où certains acteurs souffrent de la hausse de prix, de difficultés d’approvisionnement, etc… Si les entreprises ayant utilisé les 2 années de franchise n’ont pas la possibilité de rembourser l’échéance à venir, c’est maintenant que les demandes doivent être faites pour restructurer le PGE. »

En somme, 700 000 entreprises ont reçu cette aide dont le montant total s’élève à près de 145 milliards d’euros (1). En revanche, seulement 11% d’entre elles sont aujourd’hui acquittées de leur dette.

Si certaines TPE et PME ont retrouvé leur niveau d’activité d’avant la crise, cela semble toutefois insuffisant pour beaucoup de personnes. Les restaurants notamment, ont fortement souffert des fermetures successives et de l’extension du télétravail. La plupart des patrons sont encore en difficulté, c’est pourquoi ils ont décidé de reporter leur échéance, une option offerte par les banques. Cependant cette année, ils ne peuvent plus profiter de cette aubaine et sont obligés de rembourser.

Pour beaucoup de petites et moyennes entreprises, le remboursement du PGE sera un véritable casse-tête. En effet, les banques n’ont pas toujours été claires sur les modalités de ce prêt… De plus, la plupart des entreprises n’ont pas pu profiter de la totalité du prêt. Car elles manquaient des ressources nécessaires pour le faire.

Ainsi, elles se retrouvent aujourd’hui avec une dette à rembourser et des difficultés financières supplémentaires.

aide-PGE-entreprises-difficulte-bordeaux-business
11% des 700 0000 entreprises sont acquittées de leurs dettes

Prolonger, restructurer les PGE… Ou se financer autrement ?

La période de remboursement devrait-elle être prolongée pour les entreprises les plus fragiles ? Il existe une meilleure option disponible au sein du groupe Ayomi. En effet, les TPE et PME peuvent rapidement lever des fonds propres grâce à cette fintech. Elle bouleverse le monde de la finance alternative depuis 2018.

« Nous avons la conviction que les fonds propres sont indispensables dans le contexte actuel pour résilier un PGE et se donner les moyens de rebondir. Les entreprises ont besoin aujourd’hui de souplesse, de flexibilité, et surtout de maîtrise de leur cash-flow. Ainsi, nous avons imaginé un produit 100 % digital et accessible en quelques clics pour répondre à ces enjeux » précise Ayomi.

Le dispositif « Prêt à taux 0 » imaginé par la fintech se décline en 2 formules. La première, « Prêt Croissance », permet aux entreprises de bénéficier d’un prêt allant jusqu’à 250 000 euros, sur une durée de 2 à 7 ans. La seconde, « Prêt Rebond », permet aux entreprises en difficulté de bénéficier d’un prêt allant jusqu’à 100 000 euros, sur une durée de 18 à 24 mois. Ces 2 formules s’appuient sur un modèle novateur de financement participatif : le crowdfunding.

Concrètement, Ayomi permet aux entreprises de se financer auprès d’un large panel d’investisseurs professionnels. Parmi eux, on retrouve des banques, des fonds d’investissement ou encore des family offices. Aujourd’hui, plus de 1000 entreprises ont déjà bénéficié de ce dispositif et ont ainsi surmonté la crise. 

Comment bénéficier de ce dispositif ?

Le dirigeant détermine son besoin de financement, Ayomi s’occupe ensuite de trouver des investisseurs à l’aide d’une Intelligence Artificielle ultra-performante. Elle va premièrement chercher dans le cercle amical et professionnel de l’entrepreneur, les personnes qui le connaissent et lui font confiance. En sélectionnant ceux qui sont prêts à investir dans l’entreprise, Ayomi aide ensuite à convaincre les futurs partenaires. Les fonds sont levés en 4 à 6 semaines au lieu de 5 mois en moyenne avec un processus classique.

Avec cet argent, les TPE et PME en difficulté peuvent rembourser leur PGE. Mais elles peuvent aussi investir dans l’entreprise et ainsi relancer leur croissance. En moyenne, les financements réalisés s’élèvent à 100 000 €. Ayomi gère 5 nouveaux dossiers par jour, qu’elle sélectionne parmi 150 à 200 projets reçus quotidiennement. 

SOURCES : 

“Prêt garanti par l’Etat – Tableau de bord interactif” economie.gouv.fr

Abonnez-vous à la Newsletter

X