Immobilier bordelais marché de l'immobilier

Immobilier bordelais, des formations au marché réel

Dernière mise à jour:

L’immobilier bordelais est un marché qui se porte bien malgré la crise sanitaire. Après avoir traversé une accalmie à la sortie du second confinement, le marché reprend et la demande repart à la hausse comme le montre l’augmentation du prix au mètre carré. En effet, selon la plateforme Meilleurs Agents, le moyen prix du mètre carré pour un appartement est passé à 4 402 € et jusqu’à  5 307 € pour une maison. Cela représente une augmentation de 7,5% sur une année. Par ailleurs si les prix et la demande fluctuent, il en va de même pour les exigences des locataires ou futurs acheteurs.

La crise a insufflé de nouvelles tendances pour l’immobilier bordelaise. En effet, aujourd’hui les personnes valorisent la présence d’un extérieur et de l’emplacement. Par ailleurs, avec la démocratisation du télétravail il se pourraient bien que de plus en plus de personnes souhaite s’installer à Bordeaux pour son cadre privilégié. La présence de la LGV qui relie Bordeaux à Paris pourrait bien influencer le choix des parisiens qui souhaite une vie plus tranquille loin de la capitale sans pour autant en être coupés. Ainsi, ce sont tout autant de perspective a prendre en compte pour comprendre le marché et anticiper son fonctionnement.

La ville de Bordeaux est deuxième ville la plus chère de France selon une étude de seloger.com. Bordeaux affiche une augmentation du prix au m² de plus de 40% en 10 ans. Le record de croissance est détenu par l’année 2017, avec 15% de hausse des prix.

Parallèlement, les projets de construction se multiplient sur la métropole bordelaise. Les projets comme Ginko, Bastide Niel, Brazza, Euratlantique fleurissent. Cependant, si les projets dans l’immobilier bordelais sont bien présents la ville ne semble pas pour autant se montrer en capacité de répondre à la totalité de la demande. Un terrain propice au développement des formations professionnelles en immobilier ? La réalité n’est pas si simple…

Une offre de formation en immobilier au plus près des tendances de l’immobilier bordelais

Aujourd’hui, les formations aux professions de l’immobiliers se multiplient. BTS, DUT, licences, bachelors, masters… En lycée, université, centres de formations, écoles… Une densité de l’offre de formation qui pousse les organismes de formation à redoubler d’efforts pour attirer les talents.

Aujourd’hui, les formations aux professions de l’immobiliers se multiplient. BTS, DUT, licences, bachelors, masters… En lycée, université, centres de formations, écoles… Une densité de l’offre de formation qui pousse les organismes de formation à redoubler d’efforts pour attirer les talents.

L’immobilier bordelais est soumis à une réelle tension. En ce sens, le leader de la formation en immobilier en France, le Groupe ESPI, annonce que ses locaux bordelais changent d’adresse. La rentrée 2019 aura donc lieu dans le quartier de la Bastide, rive droite. Il s’agit d’une zone en fort développement. Il y a notamment l’éco-quartier Bastide-Niel. Cet environnement de choix placera l’école “dans un environnement innovant et inspirant”. Il se veut attrayant pour les futurs professionnels.

D’autres organismes de formations choisissent également de s’adapter. Ils souhaitent coller au plus près des besoins des étudiants et des professionnels du secteurs. Ainsi, l’école de commerce à distance Enaco propose des formations en ligne. Elle est notamment la première à ouvrir ce type de cursus aux études en alternance. C’est alors un moyen de répondre au besoin de formation pratique et théorique, tout en cumulant les avantages de la formation à distance.

Immobilier bordelais tendance prix
L’immobilier bordelais est en constante mutation

Une offre commerciale en logements en forte tension, loin des standards d’un marché immobilier équilibré

Selon les chiffres de l’OISO, Observatoire Immobilier du Sud-Ouest, le 3ème trimestre 2018 comptabilisait 5 765 logements à la vente. Cela représente une hausse de 14% pour rapport à la même période en 2017. Une tendance cependant à relativiser car présentant de fortes disparités selon les zones géographiques. Ainsi, le Sud de l’Aquitaine accusait un repli de 26%. L’immobilier bordelais est en croissance. En effet, la métropole bordelaise et La Rochelle affichaient respectivement une croissance de 34% et 16% de l’offre commerciale.

L’OISO précise que cette offre ne permet pas une visibilité à plus de 8,6 mois des stocks sur le marché, alors qu’on estime qu’un marché équilibré offre une vision à 12 mois de l’offre disponible.

Outre les tensions évidentes depuis déjà plusieurs années sur le marché immobilier à la vente, le locatif fait également face à quelques souffrances. En tant que ville étudiante fortement attractive, l’immobilier bordelais présente un marché des petites surfaces en flux tendu. Expliquée notamment par la difficulté à trouver un appartement, le délai de préavis réduit à un mois, et des étudiants qui préfèrent payer un double loyer plutôt que de prendre le risque de se retrouver sans logement le temps d’un déménagement, cette situation se trouve aggravée par le phénomène AirBnb, qui priverait les agences immobilières d’en moyenne 50 locations de moins qu’avant, soit une chute de 15 à 35% du parc en gestion selon les agences. Dans le même temps, c’est cette catégorie de biens qui s’avère la plus prisée par les investisseurs.

Si cette tension dans l’immobilier bordelais explique la hausse des prix du locatif (le loyer moyen d’un studio charges comprises étant de 481€/mois), on attribue celle du prix du m² à l’achat aux acquéreurs parisiens. Ainsi, ils seraient les deuxièmes acheteurs sur la métropole bordelaise, avec 22% des transactions, derrière les bordelais eux-même et les girondins (37%).

Notons néanmoins que depuis la forte hausse des pris en 2017, la tendance de l’immobilier bordelais a été légèrement revue à la baisse. Ce constat ne permet de pas de déclarer le marché bordelais plus abordable. En revanche, il traduirait une certaine prise de conscience des investisseurs que les prix du marché pousseraient à investir ailleurs en France…

L’immobilier bordelais, aussi enthousiasmant soit-il au premier abord, revêt en fait plusieurs facettes et il appartient aux professionnels de l’immobilier, pour faire face à cette situation, de se montrer flexibles et de suivre de près les tendances, pour adapter les métiers de l’immobilier à l’état du marché.

Candice CIBOIS – BORDEAUX BUSINESS

Sources :

Seloger.com, baromètre des 10 villes les plus chères de france en 2018

CCI Bordeaux Gironde, Catalogue des formations en immobilier

FPI France, Observatoire du troisième trimestre 2018

FPI france, le logement neuf en 2019

Pop Immo, Les chiffres clés de l’immobilier bordelais

Journal de l’agence, Le marché immobilier bordelais en 2019 : chiffres, tendances et perspectives

Abonnez-vous à la Newsletter

X