aide-agriculteurs-grele-meteo-impact-bordeaux-business

Grêle, incendie, sécheresse… L’agriculture française en danger

Dernière mise à jour:

Pour les agriculteurs de la Gironde, 2022 restera dans les mémoires comme une saison des extrêmes. Grêle, canicule, incendies… Aujourd’hui, plus de 40 agriculteurs vont recevoir des indemnisations suite aux orages de grêle du mois de juin dernier.

La grêle impacte les cultures comme les forêts girondines

En mai et juin 2022, il y a eu un nombre remarquable d’orages liés à la grêle.  Ces derniers sont parfois devenus extrêmement sévères. On recensé des grêlons de plusieurs centimètres de diamètre. Plus de 100 signalements ont été effectués en France.

Les régions les plus touchées sont la Bourgogne-Franche-Comté, la Nouvelle-Aquitaine (Dordogne, Gironde, Landes, Deux-Sèvres, Vienne et Creuse), le Centre (Loir-et-Cher, Indre, Maine-et Loire) et l’Allier.

Les changements soudains d’humidité et de température, comme la pluie ou une sécheresse, peuvent avoir un impact important sur les peuplements forestiers. La chute partielle ou totale des feuilles, des branches qui se cassent sont des phénomènes courants. Avec la grêle, les dommages ont été conséquents.

L’agriculture française compose avec le climat comme elle peut

Dans quelques jours, les premiers paiements d’aide seront effectués. 

Les pouvoirs publics accordent une aide financière aux agriculteurs victimes des récents orages de grêle en Gironde. Ils touchent cette aide environ un mois après les calamités. « Une quarantaine d’agriculteurs vont recevoir en moyenne 5 000 euros chacun » sur les 60 qui ont fait une demande, selon le préfet Philippe Castanet.

C’est la première fois qu’une telle aide est mise à disposition des agriculteurs girondins. Elle s’inscrit dans le cadre du nouveau fonds de solidarité pour la prévention des risques. 

Ainsi plus de 40 agriculteurs dont les exploitations ont subi des dommages suite aux tempêtes de grêle du mois précédent toucheront l’indemnisation dans quelques jours.

Une première enveloppe de 102 000 € vient d’être attribuée aux agriculteurs de la Métropole ou du Libournais. L’objectif est de permettre aux exploitations touchées de reprendre rapidement leurs activités. Avec l’aide ils pourront acheter des semences et plants. Ils pourront également acheter du petit matériel et d’autres produits de première nécessité.

Grâce aux contributions de Bordeaux Métropole, de la CALI (Communauté d’agglomération du Libournais) et à la solidarité professionnelle, les agriculteurs de Saint-Emilion ont ainsi reçu une aide financière du Fonds de solidarité. Cette dernière est une initiative de la Chambre d’agriculture de la Gironde. 

Pour deposer votre demande d’aide, le site de la Chambre d’Agriculture, rubrique Grêle 2022 est toujours disponible.

La Chambre travaille en outre avec le CIVB. L’objectif est de développer des mesures en adéquation à la filière viticole.

L’agriculture, une économie fragile à préserver

L’économie de l’agriculture en France est fragile et fait face à de nombreux dangers. Les entreprises du secteur ont du mal à rester rentables. Effectivement, le coût de production continue d’augmenter alors que le prix des produits agricoles reste bas. Si cette tendance se poursuit, de nombreux agriculteurs français seraient en difficulté. Ils pourraient être contraints de cesser leur activité. Cela aurait un impact négatif sur l’économie française dans son ensemble, ainsi que sur l’environnement.

Le gouvernement français est conscient de cela. Il a conscience de l’importance du secteur agricole et s’efforce de soutenir les agriculteurs. En plus des aides financières, le gouvernement prend également d’autres mesures. Ces aides ont pour objectifs d’aider les agriculteurs à réduire leurs coûts et à augmenter leurs revenus.

Les mesures comprennent le développement de nouvelles technologies. Et ces technologies peuvent aider les agriculteurs à être plus efficaces. Elles aident aussi la promotion des produits agricoles français à l’étranger, et la mise en place d’un système de gestion de la qualité pour le secteur agricole.

Le gouvernement s’efforce également d’améliorer l’image du secteur agricole. L’objectif d’inciter davantage de jeunes à choisir une carrière dans l’agriculture. Pour ce faire, le gouvernement investit dans des programmes d’éducation et de formation. L’avenir du secteur doit se faire en motivant les jeunes à travailler dans le secteur agricole.

Abonnez-vous à la Newsletter

X