Financer sa start-up en Nouvelle-Aquitaine : acteurs et méthodes

Dernière mise à jour:

La Banque de France Nouvelle-Aquitaine organisait en décembre 2021 un webinaire sur comment financer sa start-up. L’occasion de rappeler les enjeux d’une stratégie de financement rondement menée ; d’adapter ses sources de financement au stade du projet d’entreprise ; de bien connaître l’écosystème de financement au niveau national et local ; ainsi que de savoir se faire accompagner par les acteurs en place. 

Le financement des start-up, Webinaire « financer sa start-up, Banque de France, 9 décembre 2021

Financement de start-up : quel accompagnement et soutien financier des banques ?

Le décalage entre l’offre et le demande de financement par les banques

Traditionnellement, les banques s’intéressent avant tout à la viabilité financière du projet pour débloquer des financements. Elles regardent également la capacité de remboursement des entreprises en étudiant les entrées de fonds ou les frais généraux. Dans ce cadre, les banques sont souvent davantage aptes à fournir un accompagnement financier progressif selon la pérennité du projet et les preuves qui sont faites. Ainsi, leurs critères ne rencontrent souvent pas les préoccupations des startuppeurs, qui demandent des financements importants pour soutenir leur phase d’hyper croissance.

Néanmoins, depuis une petite décennie, on assiste à la transformation des banquiers et des approches. Désormais, de plus en plus d’intervenants parlent le langage du startuppeur. Par ailleurs, tous les réseaux commerciaux des banques ont intégré cette culture du financement. D’autres ont même créé des écosystèmes favorables aux start-up, comme le Crédit Agricole et son Village by CA.

Que demander aux banques pour financer sa start-ups ?

Quoi qu’il en soit, la banque reste à toutes les étapes un partenaire central de l’entreprise. Dès le début de la startup, il convient donc de nouer une relation de confiance pérenne. Ne serait-ce que pour organiser un ou plusieurs comptes bancaires en toute stabilité, confiance, et avec un bon niveau de protection cyber. La banque est aussi un interlocuteur de choix pour du conseil, notamment sur les sujets d’ouverture à l’international ou d’assurance hommes clé.

Plus qu’un moyen unique de financement, le financement bancaire intervient en complément des interventions en capital. Il permet alors une intervention en dette pour ne pas diluer la valeur patrimoniale.

Pour les startuppeurs, obtenir le soutien de sa banque implique toutefois de savoir lui parler. Il est donc primordial de savoir pitcher son banquier, ainsi que de connaître les postes d’investissement avec lesquels il est le plus à l’aise. Par exemple, les banques financent plus facilement du matériel, des stocks, des frais de prospection… Là où le startuppeur la sollicite souvent pour de l’innovation, de l’immatériel, de la disruption. 

Il convient donc de comprendre que les différentes sources de financement répondent à différents besoins. Les banques, de leur côté, correspondent davantage à des interventions de court terme pour tempérer les décalages de trésorerie.

financement start-up investissement banque financements publics business angels
Sources de financement : les banques, partenaires clés des startuppeurs.

Dispositif Correspondant Start-up, déclinaison en région de la Banque de France

Le dispositif Correspondant Start-up propose des services à l’économie pour les porteurs de projets, les entreprises innovantes, dans les régions et capitales French Tech. Il intervient à différentes phases du projet, allant de l’accompagnement à l’analyse financière et au financement. Il aborde également les enjeux de cotation et aiguille les start-up vers les bons organismes, les départements innovants, les labs. Actuellement, la Banque de France a identifié 300 entités qualifiées de start-ups. Lesquels évoluent dans des domaines variés, avec, en tête, le numérique, la santé et la biotech, les services… Parmi celles-ci, 60 ne réalisent encore aucun CA. A contrario, 90 % font minimum 750 000 € de chiffre d’affaires.

Une réalité du terrain qui met en exergue l’opposition de la vision économique de croissance et de la vision de rentabilité. Ainsi, pour servir au mieux ce public, le dispositif Correspondant Start-up va au-delà des bilans. Il s’appuie sur des éléments complémentaires comme les business plans, les centres de coûts, les prévisionnels de trésorerie, le seuil de rentabilité. De cette façon, il cherche à obtenir une visibilité sur 24 mois, et apprécier la capacité de la start-up à honorer ses engagements à moyen terme.

Technofounders, financer la mise sur le marché des start-ups issues de la recherche

Technofounders est un start-up studio, une usine à start-up qui va chercher ses projets dans la recherche des laboratoires académiques français. Plutôt que de laisser les recherches sur une étagère, il cherche à valoriser les travaux et à déceler leur potentiel économique. Il identifie les recherches aptes à mener à une entreprise pérenne, et travaille de concert avec les chercheurs à l’origine. Son intervention passe notamment par l’apport de financements pour accélérer le développement de la société. Ainsi, il est en partenariat avec la plupart des organismes de valorisation de la recherche française.

Grâce à sa spécialisation “recherche”, il est apte à comprendre le caractère spécifique de ces projets. Notamment qu’ils impliquent des phases de maturation relativement longues avant une arrivée sur le marché. Il limite donc ses investissements lors du prototypage, puis déploie la totalité de ses talents pour du financement en interne et en externe lorsque la mise sur le marché se rapproche.

Après quelques années d’expérience, Technofounders remarque des besoins en financement et des stratégies financières et actionnariales variées. Il rappelle donc que, loin des effets de modes, la levée de fonds n’est pas un but en soi. Il convient d’abord de savoir s’il est intéressant pour l’entrepreneur de diluer ses parts. Ensuite, une levée de fonds demande beaucoup de temps, en moyenne 3 à 6 mois. Il est alors impératif d’anticiper pour lever des fonds pour financer une période suffisamment longue et ne pas avoir à y retourner immédiatement. Enfin, la stratégie de financement dépend également de la typologie d’investisseurs recherchés. Lesquels ont des approches et appétences au risque différentes.

investir start-up financement banque institutions régions fonds
Bien connaître l’écosystème du financement des start-ups et définir son equity story, ou stratégie de financement

Eldorado, faciliter le financement des start-ups

Eldorado regroupe sur une seule et même plateforme les sources de financement publics et les investisseurs privés. En plus d’une énorme base de données, il fait matcher des sources de financements avec le projet. Dans ce cadre, il accompagnement les start-ups sur du conseil stratégique sur les opérations de financement.

Eldorado travaille donc avec les banques et notamment à rendre lisible la structuration de l’offre. Pour cause, les établissements bancaires s’étalent au niveau national, au sein des agences régionales, puis selon les méthodes des conseillers par agence. Pourtant, il existe des dispositifs nationaux à connaître et des conseils généraux pour savoir converser avec le système bancaire.

Ensuite, la plateforme recense les financements publics. Bpifrance, les chambres des métiers, les chambres de commerces, l’ADIE, les régions… Au total, elle compte une cinquantaine d’organismes qui agissent sous forme de subventions, prêts, avances remboursables, contre-garanties…

Puis, Eldorado s’appuie sur des investisseurs privés comme des business angels, des fonds d’investissements, des corporate ventures… Une approche encore différente qui consiste alors à faire entrer de véritables associés dans l’entreprise.

Plus qu’un panorama des possibilités, la plateforme réfléchit aux effets de levier et à la complémentarité des financements. Elle rappelle que toutes ces sources de financement sont des moyens pour les start-ups. Mais que le meilleur financement reste toujours les clients. Aussi, il convient de ne pas perdre de vue l’objectif de l’entreprise et d’aller à la rencontre de son public.

French Tech Bordeaux, favoriser la compréhension de l’écosystème pour bien construire sa stratégie d’investissement

La French Tech n’accompagne pas seulement des start-up. Elle sert l’innovation au sens large. Pour cela, elle cherche à apporter aux entrepreneurs une compréhension pointue de l’écosystème. Il se positionne donc comme un accélérateur et accompagnateur.

Pour accompagner les porteurs de projets à financer leur start-up, la French Tech Bordeaux a lancé bordeaux.finance. Un annuaire en ligne qui recense l’intégralité des fonds de financement régionaux, publics et privés. Ainsi, il cherche à répondre au sujet de compréhension qui implique de construire précisément sa stratégie de financement et de gestion du capital.

Pour cause, le vrai enjeu de l’entrepreneuriat, c’est d’être capable de construire une stratégie actionnariale (love money, business angel, autofinancement, financements publics…) selon les stades du développement, en même temps qu’il développe son projet. Le monde du financement s’avère finalement un univers assez normé. On y trouve beaucoup d’argent mais aussi beaucoup de concurrence. Si bien que souvent, les grands investisseurs se retrouvent sur les mêmes projets et qu’il n’est pas évident de se faire financer. Bien comprendre l’écosystème permet de savoir comment d’y faire y place, ainsi que comment s’y faire introduire.

Abonnez-vous à la Newsletter