Summer sales 2022 still at half-mast

Last updated:

Le panel Trade Alliance – Retail Int.1 a publié des données sur les soldes d’été pour 2022. Les détaillants de vêtements ont connu une baisse de -19% de l’activité des magasins sur les 11 premiers jours par rapport à la période des soldes d’été 2019 (1). L’Union du grand commerce de centre-ville, la Fédération des enseignes de l’habillement et la Fédération des enseignes de la chaussure sont toutes membres de l’Alliance du Commerce. L’organisme représente 27 000 entreprises et 180 000 employés de l’industrie de l’équipement de la personne (2).

Une baisse de l’activité à hauteur de 10% pour les magasins en solde

Cette baisse s’explique par une forte diminution du nombre de visiteurs dans les points de vente (-21%) (1). Il s’agit d’une baisse importante qui est probablement due à une combinaison de facteurs, notamment le climat économique actuel et la concurrence des détaillants en ligne.

Les soldes sont une période clé pour de nombreux détaillants. Car elles permettent aux entreprises d’écouler leurs stocks et de faire de la place pour les nouveaux produits. Par exemple, dans une étude de la CCI Île-de-France, en février 2022, suite aux soldes d’hiver, pour 40 % des commerçants de la région d’entre eux, les soldes n’ont pas généré de chiffre d’affaires supplémentaire par rapport à un mois normal (2).

Les mois d’été sont généralement le moment où les Français font leurs plus gros achats. Ils achètent notamment pour les vacances et les nouvelles garde-robes pour les enfants qui retournent à l’école.

Des résultats optimistes pour la rentrée

Malgré cette baisse générale, des nouvelles positives ont été enregistrées vers la fin de la période des soldes, avec une reprise de l’activité au cours des deux dernières semaines. Cela suggère que les acheteurs sont de plus en plus à l’aise pour effectuer des achats après une période d’hésitation.

Globalement, les données montrent que si les soldes d’été n’ont pas connues le même succès que les années précédentes (hors période de COVID-19), il existe des signes de dynamique positive qui pourraient conduire à un rebond dans les mois à venir. En effet, suite à la crise sanitaire et notamment aux limitations de la circulation et de l’ouverture des magasins, les consommateurs ont modifié leurs habitudes d’achat en se rendant moins fréquemment dans les magasins physiques. Cependant, cette tendance laisse place à un autre mode de consommation. Les consommateurs pourront davantage confirmer leur intérêt pour un shopping loisir. De plus, s’ ils se déplacent moins, ils auront davantage tendance à concrétiser leur achat sur place. 

Les visiteurs en magasin ont baissé de 21% et les ventes par internet ont augmenté de 68%

Des ventes digitales en hausse mais encore insuffisantes

Les ventes par internet ont cependant augmenté de 68% comparé à la même période en 2019. L’augmentation constante des achats en ligne montre également le changement des habitudes d’achat des Français qui s’est produit depuis la crise sanitaire. 

Cependant, il convient de noter que les ventes en ligne ont diminué de 27% par rapport à 2021.  Malheureusement, bien que les ventes sur Internet représentent un pourcentage croissant, elles ne compensent pas la perte de chiffre d’affaires en physique. En d’autres termes, le volume total des ventes a diminué par rapport aux années précédentes.

 En outre, “les commerçants doivent faire face à l’explosion du coût de leurs matières premières, du transport, mais aussi de l’énergie, des loyers et des salaires”, souligne Yohann PETIOT, le Directeur général de l’Alliance du Commerce.

Le panel Trade Alliance – Retail Int.1 publiera son prochain rapport sur les soldes d’hiver au début de 2023.

 Sources :

  1. Évolution du marché de l’habillement au premier semestre 2022” Alliance du commerce, Panel Retail Int., bilan de consommation du 5 juillet 2022

Soldes d’hiver 2022 : Une forte baisse de la fréquentation dans les commerces parisiens” CCI, Île-de-France, article du 2 février 2022

Abonnez-vous à la Newsletter