Caregivers, reconciling professional life and support

Les aidants sont en première ligne dans l’accompagnement d’un parent âgé ou d’un proche en perte d’autonomie. Cet accompagnement n’est pas un emploi à plein temps, étant l’implication d’une personne du cercle familial sur son temps libre pour s’occuper de son proche. La situation est complexe, renforcée notamment durant la pandémie de Covid-19 durant les deux dernières années. Une difficulté de concilier vie privée et vie professionnelle, qui se ressent directement sur l’état des salariés qui sont à la fois aidants. 

Soulager le quotidien des aidants au travail 

Prendre soin d’un parent senior, qui reste à domicile, ou d’un proche qui n’est pas en mesure d’être pleinement autonome… Il s’agit du quotidien de plus de 11 millions de personnes, qualifiées de proches-aidants. Des personnes qui, la plupart du temps, jonglent entre une vie personnelle, un accompagnement du proche, mais aussi d’une vie professionnelle classique. La situation demande une gestion difficile au quotidien, qui se traduit notamment par une situation physique et psychologique parfois importante. 

Aussi, pour les aidants, les besoins du proche peuvent intervenir n’importe quand. Ce qui signifie aussi des absences récurrentes, souvent lors des horaires de travail, ainsi qu’un état de stress plus important que pour un salarié qui n’a pas ces responsabilités. Face au besoin des seniors de rester le plus longtemps possible à domicile, afin de ne pas se rendre en maison de retraite ou en EHPAD… Les aidants n’ont pas le choix : ils doivent se rendre le plus disponible possible. 

En majorité, les aidants sont seuls outre les services d’aide à la personne qui se déplacent pour assurer des soins ou des prestations diverses (ménages, portage de repas). En moyenne, les familles vivent à 300 kilomètres du domicile de leur parent. Une situation délicate pour les aidants, ainsi que pour les entreprises. 

Aidants soutien accompagnement
Plus qu’un métier à plein temps, être aidant est permanent.

Trouver des solutions pour soulager les familles

Les entreprises qui emploient des aidants ne sont pas toujours au courant de leur situation. 34% des aidants souhaitent séparer vie professionnelle et personnelle; quand 25% craignent que leur situation ait un impact négatif sur leur carrière. Cette situation délicate ne permet donc pas aux managers de réagir et d’adapter les emplois du temps pour permettre aux salariés aidants de concilier leurs vies. 

Ce silence est aussi mal perçu par les entreprises, souvent brisé trop tard. Les missions confiées sont ainsi plus fastidieuses à accomplir, en retard notamment; ils sont souvent en retard, ou s’absentent plus souvent, multipliant les arrêts de travail et les burn-out… Des conséquences liées directement au stress au travail. 

Si 79% des aidants déclarent avoir de plus en plus de difficultés à jongler entre le rôle de salarié et le rôle d’accompagnant… 43% notent aussi l’impact négatif qu’à ce double rôle sur leur carrière professionnelle. Pour autant, se rendre au travail apparaît pour beaucoup comme un second souffle, marquant une césure avec la vie privée et le suivi du proche non autonome. 

Ils souhaitent toutefois pouvoir parler plus librement de leur situation, afin de se sentir écoutés, soutenus… Mais également que les entreprises mettent en place des solutions internes pour faciliter leur quotidien. Un bien-être sain, qui fait un pas en faveur des aidants… 

Sources : 

Stress et absences à répétition des aidants-salariés : Comment l’entreprise peut-elle les soulager ? Communiqué Famy Help du 18 février 2022

Employeurs : quelles difficultés pour vos salariés aidants Essentiel Autonomie, article publié en novembre 2021

Abonnez-vous à la Newsletter