Bordeaux : Écologie, le nouveau critère de choix dans l’immobilier ?

L’immobilier reposera-t-il prochainement sur le critère de l’écologie pour attirer les investisseurs ? En tout cas, c’est ce qui semble se passer sur le marché de l’immobilier en France. Depuis le 1er juillet 2021, l’affichage du DPE est devenu obligatoire pour tous les logements et biens immobiliers proposés à la vente. Il s’agit d’indicateurs essentiels pour savoir si le logement est énergivore ou non. Plus le temps passe, et plus les acquéreurs se montrent sensibles aux critères écologiques, notamment pour un investissement à long terme. Un investissement avec une intention de se positionner sur de l’immobilier plus vert. 

L’écologie attire les investissements en immobilier

L’écologie fait partie des critères clés dans le choix d’un logement en 2021. Depuis le début de l’année, le marché de l’immobilier connaît une envolée, avec des conditions plus que favorables pour les acquéreurs. Et ces derniers se montrent toujours plus soucieux quant à l’impact écologique du bien convoité avant un achat. Plus encore, ce seul critère devient particulièrement important, et est même déterminant pour 84% des Français. Ces derniers sont d’ailleurs à la recherche d’un logement qui ait un indice C au maximum (A étant le meilleur, preuve d’un logement peu énergivore).

Par ailleurs, pour acheter un logement moins énergivore, les acquéreurs sont même prêts à revoir leur budget à la hausse. 45% des Français estiment être en capacité de payer 6% plus cher un logement si ce dernier est plus écologique par rapport à un bien équivalent qui ne l’est pas. Et près d’un tiers de ces acquéreurs sont même disposés à payer 20% de cher pour le facteur écologie.

Cependant, le Ministère de la Transition Énergétique montre qu’en termes d’écologie, l’immobilier a encore des efforts à faire. Seuls 25% des logements sont considérés comme peu énergivores (indice du DPE entre A et C). La part des logements énergivores reste encore trop importante, et n’est pas économique pour un acquéreur. En effet, un logement énergivore demandera par exemple plus de consommation de chauffage en hiver, ou nécessitera plus d’électricité pour s’éclairer. 

Investir directement dans un logement qui consomme peu est donc un meilleur investissement. En effet, pas besoin de prévoir d’importants travaux de rénovation énergétique, et donc des économies directes. Par ailleurs, les acquéreurs dans les grandes villes sont plus disposés à payer leur logement plus cher s’il est écologique, contrairement aux petites villes. 

Maisons habitation immobilier
Les nouvelles constructions sont moins énergivores.

Les critères d’attrait varient selon les populations

Si l’envie de se tourner vers l’écologie même dans le choix de son logement devient une priorité, tout le monde n’est pas sensible aux mêmes critères. En effet, plusieurs éléments entrent en compte dans un logement peu énergivore. Et selon le profil des acquéreurs, ces critères diffèrent. 

De manière générale, l’isolation est le critère principal pour 49% des acquéreurs qui sont à la recherche d’un logement peu énergivore. L’isolation thermique, mais aussi phonique, améliore le confort de vie des occupants. Cela permet à la fois de s’isoler des bruits environnants, mais également de réaliser des économies considérables sur l’année. En effet, un logement bien isolé consomme moins de ressources. 

Vient ensuite le choix d’un système d’alimentation à énergies renouvelables pour 41% des Français. La pose de panneaux solaires sur le toit des bâtiments et des maisons permet par exemple de réaliser des économies, mais aussi de limiter l’utilisation d’énergies non renouvelables pour l’électricité. 

Viennent ensuite les problématiques liées au tri (22%); à l’utilisation d’un système de chauffage plus respectueux de l’environnement (18%); ou de la question de l’éclairage (15%), notamment avec les ampoules basse consommation. 

Mais selon les tranches d’âges et la région, les critères essentiels sont différents. Par exemple, si en région parisienne l’isolation est le critère principal du choix d’un logement (54%) avant la recherche d’un système d’alimentation écologique (41%)… Dans le Sud-Ouest, c’est le contraire, avec respectivement 47% et 36%.

L’écologie et ses impacts sur l’immobilier intéressent de plus en plus les acquéreurs. L’indice DPE est un critère de choix déterminant, tout comme la question du prix ou de la localisation. Et encore, avec la pandémie, la localisation est plus libre. Les critères clés des acquéreurs évoluent, et pour les vendeurs, l’impact énergétique du bien devient une force pour la vente… Qui peut aussi être utilisée comme élément clé pour la revente ensuite. 

Sources : 

  1. Sondage immobilier : l’écologie, critère déterminant des Français pour leur logement. Communiqué de presse Liberkeys publié le 19 juillet 2021
  2. Le parc de logements par classe de consommation énergétique. Ministère de la Transition Écologique, mis à jour le 2 septembre 2020
Abonnez-vous à la Newsletter