Coronapistes, le vélo s’installe durablement dans les villes aux côtés de Geovelo

Suite à la crise sanitaire de la COVID-19, le vélo est devenu le moyen de transport le plus sûr avec la mise en place de coronapistes. Le vélo est un moyen de transport qui permet de se déplacer facilement de manière autonome et flexible. Son usage s’est notamment renforcé en ville au cours des derniers mois grâce à certains avantages. En effet, contrairement aux transports, il permet de respecter les distances sociales. Au-delà, il apporte des externalités positives pour les villes. Il permet notamment de réduire l’encombrement des axes routiers mais aussi la pollution ou encore le bruit. 

Ainsi, le vélo se positionne comme le moyen de transport à adopter en ville. Il est pour ainsi dire devenu la star depuis le déconfinement en mai dernier. Ainsi, les villes on aménager ce que l’on appelle des coronapistes pour sécuriser la pratique du vélo en leur sein. Alors, il convient de se demander si la pratique du vélo en ville ne serait pas en train de se démocratiser sur le long terme. Les villes de demain sont-elles des villes où le vélo est le principal moyen de déplacement ? Geovelo, une startup qui calcule des itinéraires à vélo par le biais d’une application dresse le bilan et envisage l’avenir du vélo en ville. 

Le vélo en ville et les coronapistes, tous en selle dans les villes françaises

Selon une célèbre chanson d’Yves Montand, on se sent pousser des ailes à bicyclette. De bon matin, dans les villes, les vélos sont devenus de plus en plus nombreux. Il faut dire que la crise de la COVID-19 a remis en question beaucoup de nos pratiques quotidiennes. Une des problématiques liées à la pandémie est la mobilité en ville. En effet, comment se déplacer tout en respectant les distanciations physiques dans les transports en commun. D’un autre côté, l’usage de la voiture en ville est un sacré casse-tête. Ainsi, les villes se sont penché sérieusement sur un mode de déplacement, le vélo. Si la piste s’est révélée ambitieuse, c’est notamment car le vélo est source de nombreux avantages. Ce mode de transport permet des avantages individuels pour les utilisateurs mais aussi collectifs pour les villes. Les coronapistes se sont alors développées.

En effet, le vélo serait déjà le meilleur moyen pour respecter une distance suffisante entre les personnes. En ce sens, il représente une protection pour chacun puisque les cyclistes prennent leur distances. Dans les transports aux heures de pointe, il n’en va pas du même constat. Le vélo est également un moyen de déplacement rapide en zone urbaine. Dans les villes, les embouteillages sont fréquents et habituels. Ils limitent grandement les usagers dans leurs déplacements. Ainsi, à vélo plus question de se retrouver dans les bouchons pendant de longues minutes. Finalement, à vélo, le trajet se veut aussi rapide qu’en voiture. En parallèle, il n’y a plus besoin de chercher un stationnement.

Le vélo contribue particulièrement à désengorger les villes. Étant une alternative à la voiture, il permet également de réduire la pollution, le bruit et ainsi améliorer le cadre de vie. De plus, le vélo est économique pour son utilisateur, en effet au delà du prix d’achat, le cycliste n’a pas de grosses dépenses à effectuer. Il faut aussi dire, que le vélo favorise l’économie de proximité. Les cyclistes au même titre que les piétons vont avoir tendance à s’arrêter dans les petits commerces sur leur route pour y effectuer leurs achats. Ainsi suite à ce constat et à l’arrivée de la COVID-19, les villes se sont emparées des opportunités qu’offrent le vélo. Elles ont aménagé l’espace public pour accueillir la pratique du vélo de façon sécuritaire. 

Coronapistes cyclistes ville pistes cyclables
Les villes proposent des aménagements pour favoriser la pratique du vélo

Faciliter la pratique du vélo en ville

Ainsi, la crise de la COVID-19 à accélérer le développement de la pratique du vélo en ville avec les coronapistes. Selon, Geovelo, à ce jour, on compte 7300 kilomètres de nouveaux aménagements cyclables sur tout le territoire. Cela représente le double du nombre de kilomètres aménagés durant la même période entre 2019 et 2020. Face à ces indicateurs, il n’y a plus de doutes concernant la volonté de développement du vélo en ville.

Par ailleurs, Geovelo est une startup qui développe une application qui vise à proposer des itinéraires à vélo. Elle a notamment été téléchargée plus de 800 000 fois et compte aujourd’hui pas moins 150 000 utilisateurs réguliers. C’est notamment grâce à son expérience avec ces utilisateurs que la startup peut saisir les tendances sur le marché. En ce sens, elle peut s’adapter et adapter ses services numériques pour favoriser et accompagner la pratique du vélo. Elle constate notamment que si les efforts des villes sont notables, ils restent sensiblement différents en fonction de chacune. 

Cependant la ville de Bordeaux, n’est pas en reste en matière de coronapistes. La métropole a mis en place 29 kilomètres supplémentaires d’aménagement cyclables. Parmi ces 29 kilomètres de 12 kilomètres sont exclusivement des pistes cyclables. La ville compte ainsi 1353 kilomètres d’aménagements cyclables dont 614 kilomètres de pistes cyclables. Ainsi, la ville se porte bien en matière d’aménagement cyclable si on la compare à Marseille par exemple. La cité phocéenne semble avoir encore quelques efforts à faire. Il faut dire que cette dernière a subi une véritable restructuration du réseau cyclable. Aujourd’hui, elle possède un total de 875 kilomètres d’aménagements cyclables. 

La crise a indéniablement changé et bousculé nos vies. Elle a apporté, il faut le dire son lot d’épreuves, mais elle a aussi accéléré de belles opportunités. Dans le cadre de la mobilité en ville, il faut dire que le vélo est devenu un enjeu. Ce moyen de transport semble vouloir s’installer sur le long terme. Finalement, le rêve utopique d’une ville sans pollution, calme et sans embouteillage n’est pas si loin. 

Sources :

“Coronapistes : 1 an après leur mise en place, Geovelo propose une analyse dans 10 villes françaises” Geovelo, communiqué de presse du 19 mai 2021
Covid-19 et vélo”, Vélo Territoires, article du 14 avril 2021

Abonnez-vous à la Newsletter