Bordeaux, l’eldorado des écoles supérieures

[Mis à jour le 4 novembre 2020] C’est indéniable : avec une économie en plein essor international et plus de 71 écoles post-bac selon l’Etudiant.fr… Bordeaux est devenue aujourd’hui l’une des villes les plus attractives au monde pour les étudiants et futurs jeunes actifs. Devant Toulouse et Aix-En-Provence, juste après Paris et Lyon, la capitale girondine séduit plus d’un tiers de jeunes étudiants interrogés. Ces derniers souhait venir s’y installer pour étudier et travailler, d’après l’enquête « Great Place To Work ». Bordeaux Business fait le tour des nouvelles écoles Post-Bac qui suscitent l’intérêt. De par son climat accueillant et son dynamisme économique en terme d’implantation de nouvelles entreprises, la Belle Endormie attire. L’arrivée importante de nouveaux étudiants et l’émergence de nouveaux métiers incite fortement les écoles à se développer pour proposer des cursus novateurs pour répondre aux nouveaux besoins des entreprises en proposant des diplômes qui ne sont pas encore préparés sur le marché.

Bordeaux forme ses futurs ingénieurs en aéronautique

Avec le soutien de la région Nouvelle-Aquitaine et de l’association Bordeaux Aquitaine Aéronotique et Spatial (BAAS), ELISA Aérospace a ouvert ses portes en 2018, avec plus de 75 places sur le campus « vert » de Saint-Quentin, à Saint-Jean d’Illac, accessible en transports en commun depuis la gare Saint-Jean. Salles d’informatique, FabLab, Banc d’essais moteur et soufflerie éducative sont mis à disposition dès à présent pour les élèves, futurs ingénieurs avec plus de 47% d’anciens maintenant en poste dans l’Aéronautique, 21% dans le Spatial et 12% dans la Défense.


Soumis à la demande en constante augmentation des PME de la région, c’est aussi l’Institut National Polytechnique qui compte créer son sixième établissement en 2019, dédié à l’aéronautique et à l’usine du futur. Marc Phalippou, le directeur général de Bordeaux INP, souhaitait en 2018 cerner les besoins des entreprises de la région avant de préparer le dossier d’habilitation et de décider d’une localisation de son nouvel établissement. La région est en effet très portée sur l’aéronautique, notamment avec la présence de l’usine Dassault, ou encore de Thalès, respectivement situées à Mérignac et Bordeaux, et former de nouveaux étudiants aux métiers de demain dans ces branches serait un véritable avantage, facture d’employabilité dans un secteur de pointe dès la sortie des écoles.

Aviation Bordeaux Business
L’aéronautique est l’un des secteurs clés du marché néo-aquitain. Une valeur clé pour les écoles supérieures.

Commerce et communication : les futures écoles du supérieur à surveiller

En commerce, deux projets s’apprêtent à voir le jour d’ici 2021. L’ESSCA, école privée de commerce et de management post-bac, souhaite ouvrir deux nouveaux bâtiments au sein de la capitale girondine. À Bassins à Flot pour la rentrée 2019, ainsi qu’un tout nouveau campus au sein de la ZAC Bastide Niel.

Cette zone à forte valeur ajoutée a aussi vu l’Université de Bordeaux inaugurer un bâtiment d’odontologie de 3300 m² . Il se trouve sur le campus Bordeaux Carreire. Soit un investissement de 12M€ et dans le cadre de l’opération Campus. Avec financement sur fonds propres et par Bordeaux métropole de 938.000€, la Bordeaux International School, déjà implantée rue Judaïque, a elle aussi ouvert une extension de 300 m². Exntesion avec un laboratoire de sciences et de nouvelles salles de cours. Le directeur s’attend à plus d’un millier d’étudiants à la rentrée 2021.


Enfin, l’ISCOM, groupe familial français de l’enseignement supérieur (Tunon, Pigier, MBWay), implanté dans 6 villes de France… Souhaite intégrer son école de futurs communicants au cœur de Bordeaux avec une ouverture prévue en septembre 2019. Elle prévoit 35 places en 1ère année, 20 en 4ème année pour les titulaires d’un Licence. Avec plus de 13000 anciens élèves et 30 ans d’expérience, l’école promet une formation en communication sur 5 ans. Une formation reconnue par l’Etat, avec alternance et débouchés professionnels à la clé.

Informatique Code Bordeaux Business
Les formations pratiques permettent d’apprendre des compétences clés pour décrocher ensuite un emploi.

Un dynamisme bordelais qui n’est plus à démontrer

La qualité de vie et le dynamisme économique de Bordeaux sont des éléments déterminants pour nos futurs jeunes actifs. Ville encore à taille humaine, elle dispose aussi d’un spectre complet de formations… Et d’une des plus fortes croissances françaises en matière de création d’emplois, élément clé pour les étudiants. Dans un marché où de nouveaux métiers voient le jour, révélant l’évolution des besoins exprimés par les consommateurs, les nouveaux collaborateurs des entreprises de demain se doivent d’acquérir des compétences parfois extrêmement pointues afin d’être experts dans leur domaine.

Pour Bordeaux, labellisée French Tech, les écoles de formation au commerce ou à l’œnologie se voient désormais côtoyées par des écoles de développement informatique, d’ingénierie ou encore tournées vers le Digital et le développement de solutions de pointe pour tous les secteurs d’activités. De plus, l’ouverture à l’international favorisée par le développement des transports (nouvelles liaisons aériennes reliant Bordeaux au reste du monde, Ligne à Grande Vitesse…) permettent de capter les évolutions des marchés étrangers et de pouvoir prouver que dans de nombreux secteurs, notamment dans l’aéronautique, la ville de Bordeaux et la région Nouvelle Aquitaine n’ont pas à rougir. Ils attirent même de grands groupes qui recrutent à la sortie des écoles.

On peut citer Betclic, UbiSoft, OVH et bien d’autres. Autant de groupes qui ont choisi de s’installer au vu du potentiel de croissance que la ville a à leur offrir. Un pari gagné pour les écoles qui voient le jour !

L’éducation, au service de secteurs piliers de l’activité en Nouvelle-Aquitaine

Parmi toutes les écoles supérieures de Bordeaux et sa région, certaines proposent la formation et l’enseignement à des métiers relatifs à des secteurs piliers. Parmi ces secteurs, l’aérospatial, l’oenologie, mais aussi l’automobile, le digital ou l’aéronautique. Ce sont des secteurs pour lesquels la demande est importante, et où l’innovation ne s’arrête pas. Ainsi, les écoles supérieures proposant des formations spécifiques à certaines facettes des métiers. NOVAE est un centre de formation aéronautique qui prépare à des activités relatives à la maintenance aéronautique… Mais aussi des formations pour les futurs personnels navigants à bord d’avions de ligne. L’Ecole supérieure profite d’une affiliation avec Safran Helicopters Engine et Airbus Helicopters, preuve d’une qualité de formation. Une formation qui, comme beaucoup d’autres écoles, se veut être pratique, pour préparer les futurs talents à une employabilité directe

Malgré la COVID-19, l’enseignement et l’apprentissage ne compte pas s’arrêter. En adaptant le cadre des cours, notamment grâce aux outils digitaux, les écoles supérieures continuent de former. Une formation capitale pour permettre aux entreprises impactées de pouvoir recruter ensuite, pour relancer l’activité une fois le confinement levé… Un message fort d’espoir pour les salariés de demain.

Abonnez-vous à la Newsletter