aéroports Bordeaux environnement travaux investissements

Aéroport de Bordeaux, vers la neutralité carbone

Dernière mise à jour:

L’aéroport de Bordeaux a lancé son programme d’investissement à hauteur de 8 millions d’euros et ayant pour objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2030. Un investissement maintenu dans le cadre du plan de reprise et de résilience. Ce programme n’est néanmoins pas la seule action initiée par l’aéroport de Bordeaux. En effet, il met tout en œuvre pour devenir plus responsable en passant par l’installation d’un rucher aéroportuaire. Ces actions permettent d’accroître et favoriser la biodiversité autour de l’aéroport. La neutralité carbone est ainsi un enjeu majeur pour l’ensemble des acteurs. Les entreprises sont ainsi directement concernées et se doivent de jouer un rôle.

Aéroport de Bordeaux, les investissements en faveur d’un aéroport plus responsable

L’aéroport de Bordeaux, situé en périphérie de la ville à Mérignac, fait partie du top 10 des plus grands aéroports de France. A la vue du trafic aérien conséquent, les aéroports sont sources d’une grande pollution de l’air. En effet, il est donc important de mettre en place des plans favorisant la transition énergétique et la biodiversité autour des aéroports. C’est le cas de l’aéroport de Bordeaux ayant lancé un programme d’investissement de plus de 8 millions d’euros en faveur de la neutralité carbone. Plusieurs actions ont d’ores et déjà été mises à bien telles que le système d’alimentation “400 Hertz” permettant une réduction majeure de la consommations de carburant fossiles.

D’autres sont en cours de développement, telles que la mise en place de vitrage solaire ou encore l’installation de panneaux photovoltaïques. L’Airport Council International Europe vient de lui attribuer le premier certificat du programme européen Airport Carbon Accreditation , ce qui confirme et fait avancer les projets.

écologie responsable aéroport objectif
L’aéroport de bordeaux vise la neutralité carbone avant 2030.

En dehors de projets d’installation d’infrastructures, l’enrichissement et la préservation des alentours de l’aéroport est également une priorité. La végétalisation a ainsi débuté en 2020, prônant la biodiversité. De plus, un rucher aéroportuaire a également été créé, composé de plus de 150 000 abeilles. Les abeilles étant à l’origine de la pollinisation, elles sont essentielles pour développer la flore aux abords de l’aéroport. L’eau est également un enjeu majeur des projets. Après l’économie d’un million de litres grâce à la mise en place d’urinoirs secs dans l’aéroport, des systèmes de récupération de pluie et des eaux d’exercices feront leur apparition. Enfin, le remodelage des collectes des déchets permettra un tri efficace et valorisant les matières et les ressources.

La neutralité carbone, un objectif majeur pour les entreprises

La neutralité carbone est un objectif à atteindre dans tous les domaines de l’économie. En effet, il est essentiel de rappeler que le carbone est naturellement présent dans l’air. Néanmoins, depuis de nombreuses années, les émissions de CO2 ne sont pas maîtrisées et impactent gravement la planète. Les émissions de CO2 se stockent dans l’atmosphère mais également dans les mers, océans et forêts. L’enjeu majeur est donc l’équilibre entre la réduction des émissions et le stockage dans les réservoirs carbone. Parmi les réservoirs naturels, on pense notamment aux forêts et aux océans. Néanmoins, le défrichement et la pollution des océans altère leur efficacité. Il est de ce fait essentiel de penser à créer des puits carbone. Plus facile à dire qu’à faire…  

En attendant, chacun des acteurs de l’économie peut prendre part en agissant à son échelle. Ainsi, le Bilan Carbone permet d’évaluer l’impact qu’ont les entreprises sur les émissions de CO2 et comment agir pour inverser la tendance. En effet, ce bilan permet de cibler les actions pour de meilleurs résultats. On distingue ainsi les émissions directes et les émissions indirectes des entreprises. Les émissions directes proviennent des usines et des transports. On pense notamment à la quantité d’énergie nécessaire pour créer un produit. Les émissions indirectes quant à elles concernent les fournisseurs, les sous-traitants etc. Les entreprises ont également la possibilité d’investir dans des projets bas carbone et ainsi modifier leur façon de produire. Autant de bonnes solutions pour l’environnement et qui plairont également aux consommateurs, étant de plus en plus sensibles à l’impact environnemental des entreprises.

Sources : 

Transition énergétique, biodiversité, éco-responsabilité : Le point des actualités environnementales de l’Aéroport de Bordeaux, Aéroport de Bordeaux, communiqué de presse du 11 juin 2021

Stratégie Nationale Bas Carbone, Ministère de la Transition écologique, 5 mai 2021

Abonnez-vous à la Newsletter

X